Vos questions sont entre de bonnes mains

Arrêt de travail grossesse

La durée de l'arrêt de travail grossesse est fixée par le code du travail. Il est possible que des accords de branche ou la convention collective prévoient une durée allongée ; adressez-vous à votre délégué du personnel pour voir si vous êtes concernée.

Durée de l'arrêt de travail grossesse

La durée du congé maternité évolue en fonction du nombre d'enfants déjà à charge et du nombre d'enfants attendus.

L'arrêt de travail grossesse se compose d'une période dite prénatale (jours de congé avant la date de l'accouchement prévue) et d'une période dite postnatale (jours de congé après la naissance).

Naissance unique avec moins de deux enfants à charge

Quand la future maman a moins de deux enfants à charge et attend un enfant, la durée de l'arrêt de travail grossesse est de 16 semaines réparties de la manière suivante :

  • avant l'accouchement : 6 semaines ;
  • après l'accouchement : 10 semaines.

Après accord du médecin ou de la sage-femme, et si l'état clinique de la future maman le permet, vous pouvez demander un report de 3 semaines de la période prénatale en postnatale. L'arrêt de travail grossesse est alors constitué de 3 semaines avant l'accouchement et de 13 semaines après la naissance. Si un arrêt de travail arrive durant la période de report, le report est dans ce cas annulé et le congé maternité commence au premier jour de l'arrêt de travail.

Naissance unique avec deux enfants ou plus à charge

Quand la maman a deux enfants à charge ou plus, ou alors a déjà mis au monde deux enfants viables, la durée de l'arrêt de travail grossesse est de 26 semaines réparties ainsi :

  • avant l'accouchement : 8 semaines ;
  • après l'accouchement : 18 semaines.

Après accord du médecin ou de la sage-femme, et si l'état clinique de la maman le permet, un report de 3 semaines est possible de la période prénatale en postnatale (5 semaines avant et 21 semaines après l'accouchement), ou un avancement de la période de congé prénatal de 2 semaines, réduction de la période de congé postnatale de 2 semaines.

Naissance de jumeaux

Quand la future maman attend des jumeaux, la durée de l'arrêt de travail grossesse est de 34 semaines réparties de la manière suivante :

  • avant l'accouchement : 12 semaines ;
  • après l'accouchement : 22 semaines.

Après accord du médecin ou de la sage-femme, et si l'état clinique de la maman le permet, un report de 3 semaines est possible de la période prénatale en postnatale (9 semaines avant et 25 semaines après l'accouchement), ou un avancement de la période de congé prénatal de 4 semaines, réduction de la période de congé postnatale de 4 semaines.

Naissance de triplés ou plus

Quand la future maman attend des triplés ou plus, la durée de l'arrêt de travail grossesse est de 46 semaines réparties de la manière suivante :

  • avant l'accouchement : 24 semaines ;
  • après l'accouchement : 22 semaines.

Après accord du médecin ou de la sage-femme, et si l'état clinique de la maman le permet, un report de 3 semaines est possible de la période prénatale en postnatale (21 semaines avant et 25 semaines après l'accouchement).

Arrêt de travail grossesse : les formalités à remplir

Vous devez informer votre Caisse d'allocations familiales et votre Caisse d'assurance maladie, en leur adressant le formulaire « premier examen médical prénatal » délivré par votre médecin ou votre sage-femme, avant la fin du troisième mois de grossesse.

Vous devez prévenir votre employeur avant le début de votre congé maternité. Aucune obligation concernant la date n'existe, mais il est recommandé de faire le nécessaire une fois le troisième mois passé, pour que l'employeur puisse s'organiser durant votre arrêt de travail grossesse.


Pour aller plus loin

Congé maternité : quelles aides en cas de statut particulier ?

Vous travaillez avec un statut particulier ? Agricultrice, artisane, commerçante, ou encore intermittente du spectacle, vous pouvez bénéficier de certains droits pendant votre grossesse et votre congé maternité. On vous dit tout dans cette astuce ! Arti [...]

8ème mois de grossesse : symptômes et évolutions

Au huitième mois de grossesse, vous êtes proche du but. Encore un mois à préparer l'arrivée de votre bébé. Voici tout ce que vous devez savoir sur le déroulement de ce mois. Transformations du corps Votre ventre est de plus en plus gros : Pour certai [...]

6ème mois de grossesse : symptômes et évolutions

Au sixième mois, votre bébé bouge énormément et prend de plus en plus de place. Votre pouls a tendance à s'accélérer pour répondre au fort besoin d'oxygène du bébé. De plus, le poids du bébé commence à se faire sentir. La plupart des femmes, à ce stade, [...]

3ème mois de grossesse : symptômes et évolutions

Au troisième mois de grossesse, une nouvelle étape commence ! Le risque de fausse couche diminue, les symptômes désagréables de début de grossesse s'estompent pour la plupart des femmes. Une période bénie commence pour beaucoup de femmes enceintes ! Zoo [...]

5ème mois de grossesse : symptômes et évolutions

Au cinquième mois de grossesse, le bébé mesure 25 cm et pèse environ 500 grammes. Votre utérus a la taille d'un melon. C'est un mois riche en transformations et bouleversements, pour votre bébé comme pour vous ! Afin de vous aider à traverser au mieux ce [...]

7ème mois de grossesse : symptômes et évolutions

Au septième mois, vous entrez dans le troisième trimestre de grossesse. Bientôt la fin, mais pas encore ! Pour vous aider à appréhender sereinement ce tournant, nous avons élaboré un récapitulatif des principales choses à savoir sur le septième mois de g [...]


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

Avec notre newsletter hebdo, recevez enfin des réponses fiables à vos questions du quotidien dans votre boite aux lettres !

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !
Vous êtes déjà inscrit à notre newsletter.